Herbes magiques – Plantes aromatiques

HERBES MAGIQUES – LES PLANTES AROMATES

Les herbes sont de fantastiques ressources bienfaitrices. Elles sont aussi la base de la plupart des préparations, si vous ne savez pas programmer vos envies de la semaine, et, si vous préférez rester sous la couette le samedi et le dimanche, je vous  conseil d’en faire le plein.

Elles vous permettront d’appréhender de façon audacieuse le vide de votre frigo, d’être créatif selon votre humeur en rentrant chez vous chaque soir.

Bienfaitrices, à condition de les utiliser couramment et de les travailler de façon généreuse.

Utilisées depuis l’antiquité, l’histoire de notre tradition culinaire occidentale, et notamment méditerranéenne, témoigne tant de leurs actions bienfaitrices que gastronomiques. Beaucoup d’entres nous avons oublié leur utilisation, surtout les citadins. Il suffit de revenir dans une campagne pour constater la place traditionnelle qu’elles tiennent encore. Ainsi, que la cueillette des plantes sauvages, dont nous sommes privés et dont nous avons perdu ce capital de connaissances.

En Grèce, par exemple, ils ont su préserver ce savoir d’autrefois, et le transmettre dans leur tradition culinaire qui les rattache à la Terre. Il existe aussi beaucoup moins d’industrialisation de produits préparés, même dans les supermarchés ont peu voir des propositions d’herbes sauvages, de légumes. Les produits préparés sont bien souvent proposé au naturel, dans des saumures.

Leur rapport avec la viande et le poisson, sont issus de la pêche, ou de l’élevage traditionnel, ont peu voir de petites quantités sur les étales qui témoignent tant de leur respect des saisons, que d’un régime alimentaire équilibré et modéré, ils tuent le cochon pour noël, privilégiant les légumes, les haricots, les oléagineux, et les plantes.

Le régime Crêtois porte en lui toutes ces connaissances d’équilibre qui suscitent autant d’intérêt pour ses faveurs de bonne santé.

Les plantes y tiennent une première place. Tant dans la cuisine, que les tisanes, où leur thé local. Elles sont récoltées dans la nature par la population qui a su conserver cette tradition.

Pour réaliser une cuisine facile pleine de ressources de nutriments, de saveurs avoir chez soit des herbes fraiches permet de s’assurer les meilleures bases pour préparer un repas sain,  gustatif et digeste car leur actions favorisent la bonne digestion, et soutien votre système immunitaire. C’est peut-être dans ces petits gestes de tous les jours et herbes oubliées ou trop peu consommées que petit à petit notre métabolisme ne reçevant plus, ce dont il a besoin, que nous devenons plus fragile. Donc, consommer du romarin frais, que vous cisèlerez et pour les ajouter à vos poissons, légumes, soupes, sauces etc … est un atout forme / santé à ne pas bouder !!C’est maman qui vous le dit !

Ils auront aussi des bienfaits, un impact sur votre santé, si vous les utilisez en quantité suffisante une CAS, et régulièrement, voir tous les jours !

Ce que j’ai constaté, c’est qu’il est difficile de savoir à l’avance ce que l’on a envie de manger.

Sauf, si l’on décide de se dire, je vais préparer un plat pour deux jour. Qui est aussi une bonne idée !

Mais dans tout les cas, sauf cuisine asiatique, les ingrédients de bases seront à peu près les mêmes pour tout.

Donc, en fin de compte, qu’est ce qui nous bloque, et nous amène parfois à des choix de facilité de loose, c’est la pénurie des éléments de base…

et, qui sont-ils ?

Le Thym

Le thym est l’une des herbes aromatiques les plus riches en composés antioxydants. Il contient notamment des flavonoïdes et de l’acide caféique. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les radicaux libres, responsables de l’oxydation des cellules.

  • Antibiotique, soulage les quintes de toux, les affections, coqueluche, bronchite, pleurésie,
  • et, d’autres de la sphère pulmonaire (emphysème par exemple) par son effet
  • Utilisé pour l’asthme ou le rhume des foins.

Antiseptique et antifongique : soulage les inflammations de la sphère buccopharyngée, caries, soins dentaires divers, sous forme de bains de bouche. : Diminue les sécrétions nasales ou rhinorrhées. Vertus spasmolytiques : soulager les dérèglements intestinaux tels que diarrhée, ballonnements, flatulences, colopathies diverses.

Il agit sur l’asthme, bronchite, pleurésie, rhume des foins, coqueluche, angine, otite, emphysème, rhume, rhinite, rhinopharyngite. Dérèglements digestifs et intestinaux : ballonnements, diarrhée, flatulences, mais aussi ulcère à Helicobacter pylori . Affections cutanées : dermatite, couperose, gale, herpès, zona, varicelle, mycoses, plaies, piqûres d’insectes, pédiculose. Affections buccales et dentaires : caries, mauvaise haleine, stomatite, aphtes, gingivite.

Historique de l’utilisation du thym en phytothérapie.

Son origine est retrouvé dans le bassin méditerranéen, utilisé depuis la très haute Antiquité, déjà à Sumer il y a 5 000 ans ou en Egypte afin d’embaumer les morts. Il est employé en Grèce ancienne afin de purifier l’air. De par ses origines mythologiques, il y symbolise aussi le courage. C’est surtout à partir du Moyen Age que ses vertus médicinales commencent à être reconnues, notamment pour lutter contre les épidémies, principalement de lèpre ou de peste. A partir du XVIe siècle, il est signalé dans les traités de médecine pour traiter une large variété d’affections. Il faudra attendre le XIXe siècle toutefois pour que ses composants actifs soient répertoriés, le thym servant au siècle précédent surtout à des fins aromatiques.

Donc consommez régulièrement du Thym avec une alimentation saine et varié, de l’ail de l’oignons peut vous évitez le généraliste l’hiver.

L’ail des Ours – En profiter ! seulement deux mois dans l’année Février et Mars

Déjà employé par les Celtes et les Germains comme plante purifiante. On retrouve des traces dans des habitations datant du Néolithique. L’ail des ours était considérée au moyen âge comme étant supérieur à l’ail normal et était abondamment prescrit.

Considérée comme une plante magique et associée à la magie blanche. En jeter sans une rivière permettait de purifier l’eau et, portée par les femmes enceintes, elle protégeait l’enfant à naître. L’ours est sensé s’en régaler à la sortie de l’hiver et lui a donné son nom.

Principes actifs :

Très riche en huile essentielle sulfurée ; très riche en vitamine C ; sulfure de vinyle ;

sels ; allicine, un antimicrobien très puissant, antibiotique naturel. C’est un hétéroside sulfuré qui, par hydrolyse, libère une huile essentielle traditionnellement considérée comme étant à la base de la plupart des bienfaits de l’ail des ours, mais aussi de son odeur unique. Aldéhyde instable.

Pathologies : cardio-vasculaires, des diarrhées, contre les vers intestinaux, baisser la pression artérielle, pour stimuler la circulation sanguine, d’athérosclérose, d’arthrite, de rhumatismes, désinfecte les intestins, soulage les maux d’estomac, les ballonnements, facilite la digestion, vermifuge, dégage les voies respiratoires.

Mais aussi, la lutte contre la grippe et contre certaines pathologies virales, les pathologies du foie, les gastrites, antiaggrégant plaquettaire, lutte contre la formation d’athéromes, lutte contre le cholestérol, stimulant général de l’organisme comme l’ail, dépuratif, chélateur des métaux lourd (élimination).

Les indispensables  : Pack N° 1

De bonne vie à avoir chez soit pour cuisiner facilement au quotidien, femmes pressées à votre marmite, et tout dans la cocotte.

Ail, oignons, laurier, thym, origan, échalotes, romarin, basilic, cive, ciboulette = Budget 12 euros pour 2 semaines.

Elles seront utilisables à toutes les sauces, et selon vos envies le soir en rentrant en achetant juste ce qui vous fait envie sur le moment, le légume, en mijoté, en braiser, à l’étouffé, avec ou sans viande, soupe… du riz, un risotto, des pâtes, … comme acheter un conserve d’haricots blanc (top qualité pour 3 environ 4euros),des mojettes de vendée surgelées, des petits pois, et hop les herbes, un peu de coulis de tomates, ou non, des marrons, des carottes, des panais… une minestrone, des lentilles, tout ce que vous voulez, et voilà, un bon repas est prêt. Pas besoin de faire des prouesses, ou de suivre une recette complexe. Le plus simple est le mieux, et le plus digeste.

Une bonne base de sauce, spaghettis aux artichauts poivrades etc.

La quantité ? : de une à deux cuillères à soupe donc suffisamment pour qu’elles soient actives, si vous l’utilisez régulièrement.

Ces herbes sont en soit le kit de survi pour toutes les femmes actives, pour quelles soient créatives en cuisine tout en variant les plaisirs, au gré du désir et de l’appelle de son corps.

Voici le genre d’idée facile que je proposerai pour se faciliter la vie, et rester en forme.

Tout comme les tisanes. Elles ont de nombreuses d’actions sur notre bien-être,  n’hésitez pas à consulter leur bienfaits sur le web. Cela apporte de la satisfaction que d’apprendre la connaissance de leur secrêt.

Et c’est à chacun de chercher…

Préparer vos herbes :

Thym frais : détacher les feuilles, si c’est du thym sec elles tombent par elles mêmes (à faire au dessus d’une assiette afin d’enlever les branches sèches qui pourraient tomber).

Romarin frais : je préfère le frais car le sec reste dans la cuisson assez sec comme des aiguilles, aïe ça pique, ce n’est pas agréable en bouche, le frais vous pouvez facilement le couper, le ciseler les feuilles sur la branche en petit avec un bon couteau de cuisine. Frais il est tellement plus parfumé.

Pour conserver la fraicheur de votre romarin couper les branches du bas pour les rafraîchir et mettez-le à tremper dans un verre avec un fond d’eau que vous changerez tous les deux jours. IMPORTANT.

Il peut-être congelé, mais une botte de romarin peut se consommer en une semaine…

Origan : de Sicile ou de Crête il est sec et se détache facilement. C’est dommage de s’en priver, celui que l’on trouve en grande surface n’est pas le même et ni le goût et surtout pas la même force vitale.

Je vous donnerai l’adresse où le trouver.

Basilic Frais – Ciboulette, Cive, etc… : rien à signaler, à part d’en avoir toujours ! de les conserver en rafraîchissant le bas des branches et de le placer dans un verre avec un petit peu d’eau. Pas de frigo. Ou les congeler stocker et ainsi toujours en avoir sous la main. Perso, Je les lave, je les sèche sur un papier absorbant et direct au congélo.

Ainsi, vous ne serai jamais prise au dépourvu, car, comme dans tout ce sont les fondations, les bases qui permettent d’avoir de solides possibilités, et sans les aromates la cuisine est fade et pauvre.

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s